January 26, 2016

At ICFP, DRC Leadership Commits to Further Family Planning At Highest Level

Written by Tulane International - Kinshasa; Harshi Hettige, Advance Family Planning; Awen Southern

DRC-620x252

 

DRC Government Allocates USD $3.5 million for Contraceptives for 2016

 

“The Democratic Republic of the Congo (DRC) will never miss a conference on family planning. It is a priority for us,” the DRC Minister of Health Dr. Félix Kabange declared. At the 4th International Conference on Family Planning (ICFP) auxiliary event, The Democratic Republic of the Congo’s (DRC’s) emergence and family planning leadership through 2030, a high-level delegation from the DRC expanded upon the country’s strong and growing commitment to family planning.

In an introductory video, Prime Minister Matata Ponyo stated, “[Family Planning] constitutes a priority for my country, the Democratic Republic of Congo. Through [family planning], we understand the central role of people as a main actor of development. This is why we are deploying combined efforts in the economy, justice, security, education, and health sectors.”

The Ministers of Health, Education, and Plan shared impassioned evidence-based presentations discussing the progress that the DRC has made since their Family Planning 2020 commitment at the 3rd ICFP in 2013 and their plans for the future.

Just a few weeks prior to the delegation’s arrival in Indonesia, the DRC’s National Assembly voted unanimously in favor of a budget request for the purchase of contraceptives to be included in the Ministry of Health’s annual budget for the first time. The national commitment was approved during the September – December 2015 parliamentary session, resulting in an allocation of USD 3.5 million. President Joseph Kabila has promulgated the budget and, by the end of January 2016, he will enact the budget law for 2016.

Advance Family Planning (AFP) local partner Tulane International led an advocacy session in early August 2015, which played an important role in achieving this advocacy win. Civil society joined, as well as the Ministries of Public Health, Budget, and Finance, who provided critical insight into how the budget is created. The group worked together to develop steps to reach the ambitious allocation.

Following the advocacy session, the Ministry of Health, together with its technical and financial partners, worked closely with the Directorate of Research and Planning and the Directorate of Budget Preparation and Tracking at the Ministry of Finance to create the budget request.

The Directorate of Budget Preparation and Tracking at the Ministry of Finance took the following actions:

Created the expense for “Purchase of Contraceptives” in the revised budget nomenclature (2015 Edition);Integrated this expense into the budget preparation database, thereby putting it into effect as early as 2016;Included two budget lines amounting to USD 3.5 million into the 2016 budget for the operation and purchase of contraceptives using its own funding, dispensed by the National Reproductive Health Program (PNSR).

In mid-November, technical and financial partners in family planning worked with the Economic and Financial Commission of the National Assembly to consolidate the advocacy messages in favor of a national budget allocation. Tulane International worked daily with the Ministries to overcome the hurdles of time constraints and bureaucratic processes.

The new budget allocation will help to fulfill the DRC’s goals outlined in the 2014-2020 National Strategic Plan for Family Planning to increase modern contraceptive prevalence across the country from 6.5% (in 2013) to at least 19% by 2020 and ensure access to modern contraceptive methods to at least 2.1 million women by 2020.

_____________________________________________

Les autorités de la RDC s’engagent à faire avancer la planification familiale au plus haut niveau

Le Gouvernement de la DRC alloue $3,5 millions de dollars aux contraceptifs pour 2016

 
“La République Démocratique du Congo (RDC) ne manquera jamais une conférence sur la planification familiale. C’est pour nous une priorité, » a déclaré le Ministre de la Santé de la RDC, le Dr. Félix Kabange. À la 4ème Conférence Internationale sur la Planification Familiale, lors de l’événement satellite sur l’Émergence de la République Démocratique du Congo (RDC) et son leadership dans le domaine de la planification familiale à l’horizon 2030, une délégation de haut niveau de la RDC a présenté en détails l’engagement fort et grandissant de la RDC pour la planification familiale.

Dans un message vidéo d’introduction, la Premier Ministre Matata Ponyo a déclaré : « [La planification familiale] constitue une priorité pour mon pays, […], car par elle, nous prenons conscience du caractère central de l’Homme en tant qu’acteur principal du développement. C’est ainsi que nos efforts combinés sur le champ de l’économie, de la justice, de la sécurité, de l’éducation et de la santé sont déployés précisément à l’aune de cette thématique ».

Les ministres de la Santé, de l’Education et du Plan ont délivré des présentations passionnées fondées sur des résultats prouvés, démontrant le progrès accompli par la RDC depuis l’Engagement Family Planning 2020 pris par le pays à la 3ème CIPF en 2013 et leurs plans pour l’avenir.

Quelques semaines à peine avant l’arrivée de la délégation en Indonésie, l’Assemblée Nationale de la République Démocratique du Congo (RDC) a voté unanimement en faveur d’une demande budgétaire pour « l’achat de contraceptifs »,  laquelle sera incluse dans le budget annuel du Ministère de la Santé. Cet engagement national a été validé pendant la session parlementaire de septembre-décembre 2015, résultant en une allocation de 3,5 millions de dollars. Il s’agit de la première allocation budgétaire jamais accordée par le gouvernement pour des produits contraceptifs.

Le partenaire local d’Advance Family Planning en RDC, Tulane International, avait mené une session stratégique de plaidoyer au début du mois d’août 2015, qui a joué un rôle certain dans l’obtention de ce gain rapide. Avec la participation de la société civile, les ministères de la Santé, du Budget et des Finances ont apporté lors de cet exercice une perspective essentielle sur la manière d’élaborer le budget national. Le groupe a travaillé collectivement pour définir les étapes qui permettraient d’obtenir cette allocation ambitieuse.

Apres cette session AFP SMART, le Ministère de la Santé, conjointement avec ses partenaires techniques et financiers, a travaillé en étroite collaboration avec la Direction d’Etude et Planification (DEP) et la Direction de Préparation et Suivi Budgétaire (DPSB) du Ministère du Budget pour la création de la ligne budgétaire « Achat des contraceptifs ».

La Direction de la Préparation et du Suivi du Budget du Ministère du Budget a procédé à :

La création de la nature de la dépense 46015 « Achat contraceptifs » dans la nomenclature budgétaire révisée (Edition 2015) ;La prise en compte de cette dépense dans la base de données de la préparation du budget, prenant ainsi effet dès l’exercice 2016 ;L’inscription dans le budget 2016 de deux lignes budgétaires équivalent a 3,5 millions de dollars pour le fonctionnement et l’achat des contraceptifs en puisant dans des ressources propres, et devant être distribué par le Programme National de Santé de la Reproduction (PNSR).

À la mi-novembre, les partenaires techniques et financiers de la planification familiale ont collaboré avec la Commission Économique et Financière de l’Assemblée Nationale dans le but de consolider les arguments en faveur d’une allocation budgétaire nationale pour l’« Achat de contraceptifs ». Tulane International a travaillé sans relâche avec les ministères compétents pour surmonter les longs processus et les contraintes bureaucratiques.

La nouvelle allocation budgétaire devra aider à remplir les objectifs de la RDC établis dans le Plan Stratégique National pour la Planification Familiale 2014-2020 pour augmenter la prévalence contraceptive moderne dans le pays de 6,5% (en 2013) à au moins 19% d’ici 2020, en assurant l’accès aux méthodes de contraception moderne à au moins 2,1 millions de femmes à l’horizon 2020.